Contexte

Cette boîte à outils a été spécialement conçue pour des praticiens, pour leur permettre de passer directement à l’acte. Les outils présentés s’appuient sur les théories et pratiques actuelles de l’innovation, de la conception, du design, de la gestion et du management.

 

Ce chapitre propose un « zoom » sur les principaux piliers qui sous-tendent la théorie et la gestion de l’innovation sociale, chaque sujet traité étant accompagné de références d’ouvrages pour vous permettre d’aller plus loin.

1. Les étapes de l’innovation

L’innovation est parfois décrite comme un processus quasiment magique. Mais il serait faux d’attribuer à l’innovation un caractère mystérieux. Il est vrai que l’innovation est rarement simple ou prévisible, mais si l’on observe de près le phénomène, il est tout aussi vrai que le processus global d’innovation présente un caractère structuré et systématique.

 

Bien que les véritables innovations se présentent comme une suite complexe de boucles et de bonds en avant, la plupart traversent plusieurs étapes. Le cadre proposé ici est utile pour comprendre comment mettre en oeuvre une idée, et se concentrer sur les différentes méthodes, et attitudes, propres à chaque étape.

Les étapes de l’innovation

 

LES SEPT ÉTAPES DE L’INNOVATION:

Opportunités et défis: Il s’agit notamment de tous les facteurs déclenchants comme une crise, de nouvelles données, une inspiration, etc., qui mettent en lumière la nécessité du changement. Il pourra s’agir de poser un diagnostic sur les causes profondes d’un problème, ou d’identifier les opportunités qui résulteraient d’un nouveau changement.

 

Générer des idées: La plupart des idées qui vous viennent à l’esprit ne marcheront pas d’emblée. Mais c’est grâce à ce processus d’idéation en continu que vous parviendrez à une solution radicale et innovante. Utilisez des méthodes créatives pour augmenter le nombre des solutions possibles à partir d’une multiplicité de sources.

 

Développer et tester: Les idées nouvelles profitent toujours d’une critique robuste. C’est à force d’essais et de tâtonnements que les idées subissent des itérations et s’en trouvent renforcées. Il suffit d’essayer simplement une idée nouvelle, ou alors d’opter pour un prototypage plus rigoureux et des essais contrôlés randomisés.

 

Faire la « preuve du concept »: Avant d’essayer d’appliquer votre idée, vous devez démontrer qu’elle peut marcher et qu’elle est meilleure que ce qui existe déjà. Réunissez des éléments probants à l’appui de votre idée et partagez-les en toute transparence.

 

Offre et mise en oeuvre: Cette est atteinte lorsque la solution devient une pratique quotidienne. Cela suppose d’identifier ce qui fonctionne bien, et ce qui ne marche pas, et de sécuriser des flux de revenus pour garantir la viabilité financière à long terme nécessaire pour imposer l’innovation.

 

Croissance et changement d’échelle: A cette étape correspond un éventail de stratégies pour développer et diffuser une innovation – de la croissance organisationnelle aux licences et franchises. L’émulation et l’inspiration jouent aussi un rôle critique dans la diffusion d’une idée ou d’une pratique dans une perspective plus organique et adaptative.

 

Changer les systèmes: C’est par l’innovation systémique que l’impact social peut être maximisé. Cela implique généralement des changements dans le secteur public et privé sur de longues périodes, et l’interaction de multiples éléments et de nouveaux modes de pensée.

 

Pour aller plus loin sur cette question :

 

2. Utilisation de la preuve

Elaborez un plan pour recueillir des éléments de preuve dès le début de votre projet. Tous les innovateurs, commissaires, utilisateurs de services et investisseurs ont besoin de preuves pour savoir si les produits ou services qu’ils développent, achètent ou financent, créent une différence positive. Dans des domaines comme la médecine, l’utilisation de données probantes est beaucoup plus répandue que dans la plupart des secteurs, et offre des enseignements intéressants. L’avantage majeur de l’analyse périodique et systématique de ces éléments probants est de permettre une utilisation plus efficace des données ou des informations pour vérifier des hypothèses, améliorer en continu et créer un impact durable.

Considérer les données factuelles comme une composante naturelle des projets et du processus décisionnel devrait être pratique courante dans les organisations. Et cela ne concerne pas seulement les données qui se rapportent à vos projets actuels : comprendre ce qui a donné de bons résultats dans le passé, et savoir ce qui se fait dans le monde autour de vous, aide à évaluer et reproduire un succès.

La page suivante présente un cadre utile, élaboré par le Nesta, pour décrire les différents types de données probantes que vous devez veiller à accumuler tout au long d’un projet, afin de prouver le caractère novateur de votre projet.

 

LES CINQ NIVEAUX SONT

Birds-eye1_new

 

1 Rapport d’impact:: Une explication claire de ce que fait le produit ou service, nouveau ou amélioré, de quel pourrait être son impact par rapport au résultat recherché, et de pourquoi il représenterait une amélioration par rapport à la situation actuelle.

2 Corrélation:Observation d’un impact positif signalé par les utilisateurs du produit ou service, mais pas encore de confirmation des causes. Vous pourriez par exemple réaliser une évaluation pré- et post-enquête, ou une étude de cohorte/par panel.

3 Causalité: Mise en place des éléments attestant d’un changement positif parmi les utilisateurs du produit ou service grâce au produit ou service en question. Réfléchissez à la possibilité d’isoler l’impact du produit ou service à l’aide d’un groupe témoin sélectionné de manière aléatoire, afin de consolider votre base de données.

4 Reproduction indépendante: Validation indépendante des effets positifs du produit ou du service, dans le but de proposer ailleurs cet impact positif à un coût raisonnable, sous forme de normes commerciales ou de labels de certification par exemple.

5 Changement d’échelle: Utilisez des méthodes comme l’évaluation de reproductions multiples ou la méthode des scénarios pour générer des données claires et vérifiées permettant de démontrer que le produit ou service peut être fourni en de multiples endroits et avoir un impact positif fort, tout en constituant une proposition financièrement viable.

Pour aller plus loin sur cette question: 

3. Changement d’échelle

Le concept de changement d’échelle suscite un intérêt croissant parce qu’il élargit la portée d’un projet pilote novateur à des populations plus larges. Il existe pour cela de nombreuses méthodes, depuis la répétition d’une idée dans un lieu différent jusqu’à la collaboration avec différentes organisations et l’établissement de relations de travail constructives.

Birds eye3

Pour déterminer si un projet est mûr pour changer d’échelle et augmenter son impact sur une plus large échelle, il est important d’identifier les éléments qui fonctionnent, de veiller à leur bonne marche et de les amener au niveau supérieur. Il est utile de réfléchir en termes de demande effective et d’offre effective, autrement dit est-ce quelqu’un est prêt à financer votre idée ? Est-ce que l’idée fonctionne ? Est-ce qu’elle fonctionne mieux que les autres options ? Dans la quasi-totalité des situations, l’intensification d’une innovation sociale implique une augmentation à la fois de l’offre et de la demande effective, mais votre stratégie dépendra de celle qui survient en premier.

Vues de loin, de grandes innovations peuvent apparaître comme des transformations radicales. Mais de plus près, on s’aperçoit qu’elles sont souvent constituées de petites étapes qui s’enchaînent pour atteindre une plus grande échelle. Au microscope, les différentes étapes de l’innovation pourraient apparaître comme une succession de processus en « mini spirales » – projets individuels qu’une organisation pourrait développer pour soutenir le processus global d’innovation.

 

Pour aller plus loin sur cette question :

4. Pensée systémique

Le terme « système » renvoie à des infrastructures, règles et tendances complexes et interdépendantes dans nos sociétés et nos économies. Toute modification d’un élément risquant d’affecter d’autres composants du système, les questions complexes appellent des changements et des innovations à l’échelle du système tout entier.

La pensée systémique rassemble les différents éléments et innovations qui tendent vers un même objectif. Une organisation n’aura pratiquement jamais toutes les compétences et ressources nécessaires pour exécuter l’éventail des activités requises pour créer un large impact. Il en découle que toute innovation à l’origine d’un changement systémique implique quasiment toujours une alliance de partenaires, fournisseurs et distributeurs, appuyés par des réseaux, clubs, laboratoires de réflexion et organismes de développement.

 

Pour aller plus loin sur cette question: